Kalamata

 

Kalamata (ou Kalamai) est le chef-lieu et port du département située dans la vallée de la Néda sur site de l'antique Pharai. On peut y déguster des figues au goût de miel et le « pasteli », gâteaux de miel et de sésame. La ville est dominée par un kastro franc (entrée payante) érigé au XIIIe s. par Guillaume de Villehardouin, sur le versant nord duquel subsiste une petite église byzantine consacrée à la Vierge Kalomata (au « Bon oeil ») ayant probablement donné son nom à la ville. Il comporte aussi un donjon, une redoute intérieure et une enceinte extérieure. Du kastro ayant subi différentes restaurations ultérieures, nous jouissons d’un vaste panorama. Sur les murs nous trouvons le blason de Venise (Lion de Saint Marc).

Au pied du château s'étend la vieille ville avec l'église byzantine de l'Ypapanti et le monastère où les nonnes tissent les fameuses soieries. La ville compte de nombreuses églises dont la plus ancienne est l'église historique des Agii Apostoli de style italien (1626) où, le 23 mars 1821, fut officiellement proclamé le soulèvement général des Grecs contre les Turcs. Une église byzantine du Xe s. lui sert de choeur. Nous pouvons y visiter le musée archéologique et d'art populaire, une pinacothèque, une bibliothèque, le musée Benakeion et le musée du rail de la municipalité. Dans l'amphithéâtre du château ont lieu, en été, différentes manifestations culturelles. Kalamata abrite également l'institut français. Le quartier haut en couleur appelé le "bazar" est encore teinté d'orientalisme. Le marché est la grande curiosité de Kalamata et il est à voir le matin (sauf le dim.) lorsque les étals croulent sous les victuailles. La ville est mille fois chantée par la muse populaire évoquant pour les Grecs la danse "kalamatianos".

Comme souvenirs, on peut rapporter des couteaux. Le couvent de la ville vend également des mouchoirs et blouses de soie d'un style original.