Olynthos

 

Situé à 70km de Thessalonique et 16km de Polygyros, c'est un des sites préhistoriques les plus importants de Chalkidiki du point de vue de sa taille et de la longue période qu'il couvre. La région a constamment été habitée depuis le néolithique. Selon la mythologie, la ville a été construite par Strymonas, frère d’Olynthos et fils du roi mythique de Thrace, dans le but d’honorer le nom d’Olynthos tué par un lion. Cependant des linguistes insistent qu’Olynthos est le nom du figuier sauvage qui abonde dans la région et que la ville en a pris le nom. Vers 650 av. J.-C., des réfugiés chassés de Pieria par l'armée macédonienne se sont installés dans la région. Ancienne plus grande ville de Chalcidique, elle fut détruite par les Perses en 479 av. J.-C. puis reconstruite. Plus tard, Olynthos rejoignit l'Alliance Athénienne et la Communauté de Halkida (Eubée). La ville a tiré de grands profits (principalement financiers) de cette alliance, elle est ainsi devenue la capitale des colonies eubéennes en Halkidiki et était en mesure de soutenir une armée énorme (environ 20.000 soldats). Lors de la guerre du Péloponnèse la région s’est développée, avait sa propre unité monétaire et fournissait une protection à tous les réfugiés eubéens en Grèce. Lors de la disparition de l'Etat macédonien, l'armée d’Olynthos a conquis ses territoires jusqu’à la ville antique de Pella (389 av J.-C). En 382 av. J.-C., après un siège de trois longues années, les Spartiates ont capturé la ville et détruit la Communauté Eubéenne. Néanmoins, la ville a rapidement récupéré et est redevenue riche et puissante. En 348 av. J.-C., elle est conquise et détruite par l'armée macédonienne sous le commandement de Philippe II. La ville ne fut plus jamais habitée et sa destruction est connue comme l'un des moments les plus sombres de l'ensemble du monde antique. Kalisthenis, neveu d'Aristote et camarade de classe d'Alexandre le Grand, qui a escorté Alexandre dans ses campagnes militaires, était d’Olynthos.

L’Olynthos antique était située sur les hauteurs à l'est du village actuel, dans un terrain clôturé dont l'entrée se trouve du côté sud-ouest. Les vastes ruines montrent un système d’urbanisme de la cité grecque classique dans la région. La partie plus ancienne située sur la colline méridionale, possède un plan urbanistique désordonné avec un établissement préhistorique et une agora. Son extension sur la colline méridionale eu lieu en 432 av. J.-C. à la manière « d’Hippodamos » avec des îlots de formes oblongues délimités par des avenues nord-sud et des rues perpendiculaires donnant deux rangées de 5 maisons. Une centaine d’entre elles ont été mises à jour dont la majorité avec une cour centrale délimitée au nord par un portique sur lequel s’ouvre la majorité des pièces. Certaines maisons possèdent un pavement en mosaïque du Ve siècle av. J.-C. (villa de la Bonne Fortune, en dehors des remparts), parmi les plus anciennes connues de Grèce, composées de galets noirs et blancs s'inspirant de vases antiques (visibles en été, recouvertes les autres saisons). Les indigènes appelaient le site "Pyrgos" d’après une tour byzantine construite à cet endroit pour protéger le "Metochi" du monastère Kastamonitou du Mont Athos. Aujourd'hui il ne reste que la base de cette tour à l'extrémité sud de la ville.

Du côté occidental de la colline un cimetière de l'âge en bronze a été découvert, cimetière le plus connu de Macédoine (Toumba d'Agios Mamas) et un des plus importants sites préhistoriques d'Halkidiki. Les premières fouilles commencèrent dès 1928 mais il fallut attendre 1993 pour la réalisation de fouilles plus systématiques.

Nea Olynthos se trouve à côté du site de l’antique Olynthos (1,5 km) et est l'équivalent moderne du village byzantin de Myriofyto. Le 23 avril, pour l’Agios Georgios, les habitants animent une fête traditionnelle et une fête de l'olivier se déroule les trois derniers jours de Juillet.

Au nord d’Olynthos, la tour byzantine Mariana (avec l'église St-Nicolas) a été construite par les moines du monastère de Dochiariou (mont Athos) en 1375 et existe encore aujourd'hui sur une hauteur d'environ 15m.

Notons encore les ruines de l'église byzantine de Saint-Nicolas, structure du Xe ou XIe siècle.

À environ 7 km du village se trouve le site de l'ancienne ville de Mikyverna, port d’Olynthos, qui doit avoir été détruite lorsqu’Olynthos fut dévastée par Philippe II en 348 av. J.-C.