Ierissos

 

Municipalité d’Ierissos : La région dispose de 6 randonnées, chacune avec des caractéristiques uniques et une valeur historique : 1. Randonnée vers les frontières du Mont Athos. 5 km de route depuis la plage de Komitsa vers le monastère Zygou et les frontières montagneuses du Mont Athos; 2. Randonnée byzantine. 3 km de route d’Ouranoupoli vers le monastère de Zygou et les frontières du Mont Athos; 3. Randonnée de Xerxès. 5,5 km de route de Nea Roda au port de Tripiti et au site d’Ammouliani à Megali Ammos; 4. Randonnée d’Aristote. 17 km d'itinéraire environnemental du parc Aristote à l'ancienne Stagira; 5. 17 km de route d’Arnaia aux cascades de Varvara; 6. Mademochoria. 5,5 km de routes du village traditionnel d’Arnaia au château Neposi de Palaiochori. De nombreuses routes dans la région plus large des cascades de Varvara sont actuellement en cours de création et marquage.

 

Avec plus de 3.000 habitants, Ierissos est le village le plus grand mais aussi le plus ancien de la municipalité d'Aristotelis, située à 124km de Thessalonique et 50km de Polygyros. Historiquement il est la continuation de l’ancienne Akanthos, colonie d’Andriens depuis le VIIe siècle avant J.-C. et une grande ville de Macédoine membre de l'Alliance athénienne. Mais le site a d’abord été habité à l’époque préhistorique. Le village actuel a été construit après le tremblement de terre de 1932 (7 sur l’échelle de Richter et dont l'épicentre se trouvait ici près de la mer). Comme le prouvent les fouilles, la ville actuelle est construite sur l'ancien cimetière d’Akanthos. A l'époque ottomane le village était membre de la Mademochoria. Les habitants ont participé à la révolution de 1821 et avaient de grands combattants comme Athanasios et Constantine Vlachomichalis. Le village est alors incendié par les Ottomans. Avec son nom moderne dérivé du latin ericius, Ierissos est aujourd’hui une ville côtière moderne bien structurée, un important port de la Grèce du nord avec une flotte de pêche remarquable et le centre administratif de la nouvelle municipalité de Stagira-Akanthos. Ierissos est bien équipé et est destination idéale pour des vacances inoubliables. La plage de sable est énorme et dispose de restaurants, tavernes et cafétérias. Notons aussi qu’un marché s’y tient le mardi.

Malgré le fait qu’Akanthos était célèbre pour son vin, les résidents plus jeunes sont occupés par la pêche, la construction navale, le commerce, la construction dans le Mont Athos et le tourisme. Parmi les poissons qui y sont pêchés, l’Orkini, une espèce de thon trouvé dans la région de mai à début Juin, se démarque. Il est cuit en ragoût ou salé. Les habitants ont été considérés comme de grands constructeurs de navires, portant sur un ancien métier de génération en génération. Les chantiers navals d’Ierissos étaient parmi les plus importants en Grèce avec des constructeurs de navires célèbres.

La région possède de nombreuses coutumes intéressantes. D'un intérêt particulier est la coutume célébrée chaque troisième jour de Pâques et nommée l’aire de battage noire. C'est un endroit près d’Ierissos où en 1821, les Turcs sous le commandement de Yusuf Bey Sintikin ont massacrés 400 habitants. Selon la tradition, Bey avait promis l'amnistie à tous ceux qui se rendaient. 400 habitants l’ont cru mais ont été forcés de danser sous la menace des armes. Ils ont été abattus un par un après avoir terminé chaque cercle de la danse. Depuis, pour honorer leur mémoire, un Trisagion est chanté suivi d’une danse à laquelle participe des centaines de résidents et des visiteurs. Une danse spécifique appelée "kagkeleftos" représente l'horrible massacre. Elle est lente et simule les étapes des personnes condamnées à mort. Depuis la coutume a eu lieu plusieurs années après l'événement et avec la présence de Turcs. La chanson possède beaucoup de sous-entendus pour la liberté convoitée. Lorsque la chanson est sur le point de se terminer, les deux premiers danseurs forment une voûte en se donnant la main, représentant les épées des bourreaux turcs, et les autres danseurs passent deux fois en-dessous. Il est intéressant de noter que les hommes et femmes participant chantent chaque ligne de la chanson alternativement. Le 20 juillet (Profitis Ilias (Prophète Hélias)) s’y tient également une fête traditionnelle avec de la nourriture et du vin offert et une fête traditionnelle le 8 septembre (Panagia (Vierge)). Le 26 décembre, les habitants abattent un cochon, vient ensuite le dîner et un festival de folklore.

Le cimetière médiéval d’Ierissos a été découvert en 1984 alors que les fouilles dans le cimetière d’Akanthos, situé au même endroit, avait commencé en 1970. Voici quelques extraits d’une déclaration de l’archéologue M. Papaggelos : "Les tombes étaient des fosses de construction simple, creusées dans le sol sablonneux. Des blocs de plaques rugueuses ou des fragments de dalles chrétiennes ou des fragments de sarcophage post-romain supportaient la plupart des murs des tombes. Les plaques de recouvrement sont d'un matériau similaire. L'orientation a toujours été ouest-est et chaque tombe n’avait qu'un défunt (sauf la tombe d'un enfant qui en avait deux), couchés au fond, les mains croisées sur sa poitrine ou, plus rarement, une sur la poitrine et l'autre sur le milieu du bassin. Plusieurs pièces de monnaie, des boucles d'oreilles et bagues principalement en cuivre, des boucles d'oreilles en argent et des colliers de perles de verre ont été découverts. Quelques pièces de monnaie ont été trouvées dans les remblais de terre. De la poterie n’a été découverte qu'à l'extérieur des tombes. Ce sont des fragments de vaisselle ancienne et une unique pièce chrétienne. Des pièces frappées de tous les pays des Balkans, semblable aux grecques et datées du VIe au XIIe siècles. Selon la croyance populaire, le site d’Ierissos était inhabitée avant 883 et la fondation du monastère de Kolovou sur les ruines du château d’Akanthos ou à côté. En 924, les habitants d’Ierissos sont mentionnés clairement pour la première fois et il est connu que les très fameux « slaves bulgares » étaient installés dans la région avant 959. Le plus ancien texte glagolitique daté de 982 vient d’Ierissos. (L'alphabet glagolitique, également connu sous le Glagolitsa, est le plus ancien alphabet slave connu). Avec cette découverte, la même double question se pose : Était-ce une nouvelle population dans laquelle une petite présence slave s'installe dans l’Akanthos déserte vers le début du Xe siècle ou à la même époque, et pour des raisons qui restent inconnues, la population d’Akanthos-Ierissos a été augmentée avec de nouvelles personnes, y compris un certain nombre de Slaves? La découverte de la tombe est probablement le début de la réponse. La probable poursuite de la vie dans la région est indiquée par la préservation de la tradition d'enterrement de 26 siècles, ainsi que de la préservation de noms anciens comme Stratoni. Un cimetière turc du XVIIe au XVIIIe siècle a également été découvert sur les sépultures classiques dans la même zone. Notons que le prytanée de l’antique Akanthos peut être vu sur le site archéologique d’Ierissos. Les ruines du château et de l'église byzantine sont les seules traces visibles d’Akanthos, une section de l'ancienne muraille fouillée sur le côté oriental de l'acropole.

La tour byzantine de Krouna est un des sites les plus importants de la région d’Ierissos, située à environ 1km au nord-ouest de la ville. C’était une dépendance entourée d'un mur presque effondré. On estime qu'elle a été construite au XVe siècle et nommée d'après la modification du mot "Koroni", au vu des sources de 1320 mentionnent la Skala de Koroni au nord de la zone, près du port de Kleisouri. En outre la propriété est mentionnée comme une dépendance de Korouna dans les documents ottomans du XVe siècle et appartenait au monastère d’Hilandariou jusqu'à 1542. Ensuite le monastère a perdu périodiquement la propriété de la dépendance jusqu'en 1719 où elle a été achetée avec d’autres propriétés dans la région. Elle a été vendue et rachetée au moins deux fois. En 1765, il a été enregistré comme « Korona dépendance détruite du monastère d’Hilandariou ». Quelques tentatives de réparation eurent lieu jusqu'en 1821 et l’incendie de la tour ensuite abandonnée. D'autres bâtiments tels une maison, une grange et des écuries existent aussi en dehors de la tour. Au XIXe siècle, la dépendance appartenait encore aux propriétés du monastère d’Hilandariou. Aujourd'hui, la tour a une hauteur de 12m et l’on dit qu'elle avait un étage supplémentaire qui s'est effondré. De nombreuses sources se réfèrent à lui avec son nom complet, la Tour de Krouna du monastère d’Hilandariou. Le monument appartient à la juridiction de la 10e Ephorate des antiquités byzantines. Vous pouvez voir que l'extérieur de celle-ci (il ya signalisation sur la route principale endehors d’Ierissos).

La dépendance (Metochion) de la source de vie appartient au monastère d’Hiliandary et est situé à environ 5km de Stratoni, sur le chemin d’Ierissos après le pont de Kokkinolakos. La petite chapelle byzantine carrée est située au sommet d'une falaise rocheuse et est entourée d'autres bâtiments comme des cellules et des ateliers de menuiserie. Notons aussi le vivier artificiel et un atrium d'hôtes en plein air où les visiteurs peuvent profiter de l'hospitalité des moines.

Les chantiers navals (karnagia) d’Ierissos font partie intégrante de l'histoire culturelle de la région et les quelques constructeurs restants à Ierissos sont confrontés à des conditions économiques difficiles en raison de l'utilisation extensive de plastique et d'autres matériaux dans la construction navale. Plus aucun n’ont encore l'intensité et l'éclat du passé et certains sont en ruine. Cependant, les conceptions de construction navale restent dans les esprits et les coeurs des constructeurs de navires. Plus de 100 personnes étaient occupées dans les quatre grandes karnagia d’Ierissos au cours du siècle précédent et de nombreuses familles vivaient de cette activité traditionnelle grecque de transformer le bois en un navire qui affrontait directement la mer.

Construit en 2005, l'aquarium d’Ierissos est ni grand ni impressionnant mais des milliers de jeunes visiteurs viennent coller leurs visages sur le verre durant des heures et refusent de repartir. Il est situé en semi-sous-sol sur la plage d’Ierissos et abrite des poissons et crustacés du golfe d’Ierissos. Il a une capacité de 40 mètres cubes d'eau de mer constamment renouvelée par une pompe spéciale reliée à la mer. L'aquarium est ouvert tous les jours et l'entrée est gratuite.

Le centre culturel d’Ierissos est logé depuis 2004 dans un impressionnant bâtiment du centre d’Ierissos. Il a été approuvé par la Banque européenne d'investissement comme un centre pour la promotion du patrimoine du Mont Athos et la promotion des régions de Stagira - Akanthos avec l'utilisation de technologie moderne. La première réussite des partenaires du centre est la création d'une vidéo en haute résolution intitulée Carnet de route dans le Mont Athos. En 2010, d'autres films ont également été filmés comme Thalassokomos et les fables d'Ésope. Il dispose d'un amphithéâtre moderne avec un écran incurvé de 50m² et 4 projecteurs pour des films en 3D (que les téléspectateurs regardent en portant des lunettes spéciales) ainsi qu'une salle d'exposition proposant de nombreuses expositions d'un grand intérêt culturel.

La principale caractéristique de la plage Kakoudia est ses rochers qui ornent ses eaux et le sable.