Kavala

 

Kavala portait le nom de Neapolis dans l’antiquité et Christopolis à l’époque byzantine. Le village constitué de ruelles pentues aux vieilles maisons balkaniques est situé sur la Via Egnatia en partie conservée. Nous y trouvons un aqueduc romain à arcades nommé « Kamarès » (« arches », XVIe s.) enjambant le centre de la ville en décrivant une large courbe, des quartiers anciens tel le quartier turc, des fortifications médiévale (XVIe) incorporant des vestiges byzantins (remparts en pierre au nord de la partie habitée), un musée archéologique, une collection d’Art Populaire et une acropole. Au centre de la zone habitée se trouvait le temple de la déesse Parthénos (Vierge) du VIIe s. av. J.-C., situé au sommet de l'éperon rocheux de la vieille ville à l'emplacement de l'actuelle maison de Méhémet Ali, et un temple ionique du début du Ve s. av. J.-C. Notons encore la tour centrale circulaire, un édifice à voûte semi souterrain (XVIIIe-XIXe s.), une ancienne mosquée (XVIIIe), l’Imaret (1817-1821) et une basilique à 3 nefs dédiée à Agios Ioannis (1866) et couverte d’un dôme. Dans la vieille ville (quartier de Panagia) se trouve l’église moderne de la Panagia construite à la place d’une basilique post-byzantine. Dans le port notons l’ancienne mosquée transformée en église dédiée à Agios Nikolaos (XVIIIe). Terminons en citant les édifices néoclassiques dont la maison Tokos (1879) et la Megali Leschi (Grand Cercle) rue Kyprou. La maison natale de Mehemet-Ali, plus tard sultan d'Egypte, est également très caractéristique. Elle a été transformée en musée. Kavala dispose d’un aéroport civil et d’un port important. Il vous est conseillé de goûter les différents plats de poisson dans les nombreuses tavernes près du port de pêche.

Le musée du Tabac (2003) est un musée thématique présentant des objets et documents sur la culture, le traitement et la commercialisation du tabac, ayant un caractère unique, non seulement parce que c’est un musée technologique qui révèle tout le processus de la commercialisation du tabac oriental, mais parce qu’il retrace également l’histoire de la ville de Kavala et de toute la région de la Macédoine orientale et de la Thrace. Notons que l’époque, pendant laquelle la culture et l’exploitation du tabac étaient à leur apogée, coïncide avec la période de prospérité de la ville de Kavala. Au XIXe siècle, la ville regroupait toute l’exploitation du tabac de la péninsule balkanique grâce à son climat, son sol et son voisinage dans des régions où la variété du ‘tabac oriental’ (appelée ‘Basmas’), était cultivée. L’industrie du tabac a joué un rôle très important dans la vie économique, sociale et politique de toute la Grèce. Entre la première et la seconde guerre mondiale le mouvement ouvrier de Kavala était l’un des plus forts de Grèce et les ouvriers du tabac se trouvaient à la base du mouvement syndical grec. Dans les années ’50, la vie financière et le commerce du tabac à Kavala connaissent un fort déclin en raison d’importations massives de la variété ‘Virginia’. Le musée est divisé en sept parties, qui permettent au public de voir les techniques et les machines utilisées à la production, au traitement et à la commercialisation du tabac. De plus, la bibliothèque accueille une collection de livres, magazines, journaux, divers documents et publicités, dédiés à l’histoire du tabac grec.

 

L'acropole de Kavala (entrée libre) est l'un des murs médiévaux de fortification « de l'ère blanche », c'est-à-dire avant l'utilisation de la poudre dans la pratique guerrière. La construction des tours, des entrées et des murs se distingue par le manque de caractère défensif fort. Depuis 1964, d’importants travaux de restauration et de consolidation y eurent lieu. Le mur côtier, derrière le bureau de douane de Kavala, a également été reconstitué. Les principaux monuments du site sont :

L'acropole de Kavala se tient au sommet du promontoire rocheux de Panagia donnant sur la ville moderne. Le fort a été construit au début du XVe siècle à l'emplacement d’une acropole byzantine détruite en 1391 et contient toutes les structures défensives typiques. Les bastions, réservoir à eau, entrepôt pour l'équipement militaire (plus tard utilisé comme prison), une maison du garde et la tour circulaire ont été préservés de la période byzantine.

Le mur côtier : la présente partie du mur médiéval de Kavala enferme le promontoire rocheux du quartier traditionnel de Panagia de Kavala.

 

L'Imaret est un curieux édifice ottoman à plusieurs coupoles qui faisait fonction d'hospice. Les chambres disposées autour d'une cour centrale pouvaient accueillir au total près de 300 hôtes. Le bâtiment abrite aujourd'hui un café-restaurant très sympathique où, de la terrasse, on peut découvrir une belle vue sur la ville et admirer le coucher du soleil. Dans certaines pièces sont exposés des documents anciens.

 

La maison de Mehemet Ali (1720, entrée libre) est visitable sous la conduite d'un gardien (pourboire attendu) qui vous montrera les anciennes écuries et les cuisines ainsi qu’au premier étage les pièces d'habitation. Une bâtisse somme toute bien simple qui vit naître le futur maître de l'Egypte.