Ancienne Théra

(Nord-Est de Périssa)

 

Le site archéologique est situé sur le massif de Messa Vouno, 396m au-dessus du niveau de la mer. Il mesure 800m de long sur 200 de large. La ville fut fondée au IXe siècle av. J.-C. par les Doriens dont le chef était Theras. Elle a été reconstruite à l'époque hellénistique (Ptolémée) puis romaine et byzantine pour être habitée jusqu'au Moyen-Âge. L'ancienne ville dorique fut particulièrement prospère à l'époque des Ptolémées (IIIe et IIe s. av. J.-C.) qui firent de l'île une base navale pour surveiller l'Egée. Les vestiges préservés appartiennent aux phases hellénistique et romaine de la ville. Découvert en 1890 par un Allemand, le baron Hiller Von Gaertringen, les premières fouilles commencèrent en 1895. Le site est gratuit et ouvert de 8 à 14h. Les cimetières situés sur les pentes NE et NO de Sellada ont été fouillés de 1961 à 1982. Les monuments les plus importants du site sont :

Le sanctuaire d'Artemidoros, entièrement taillé dans la roche, a été fondé par Artemidoros de Perge. Des épigrammes et des inscriptions sont gravées dans la roche, comme les symboles des dieux adorés : un aigle pour Zeus, un lion pour Apollon, un dauphin pour Poséidon. Le portrait de l'Artemidoros, fondateur du sanctuaire, a également été gravé. La structure entière est datée de la fin du IVe ou du début du IIIe siècle av. J.-C.

L'agora se trouve presque au centre de la ville. Sa partie méridionale était réellement le centre commercial et administratif. La partie nord a été rajoutée lors de la période romaine et comprenait un portique, des bâtiments et des monuments érigés en l'honneur de personnalités.

La stoa royale (46m sur 10) a été construite sous le règne d'Augustus (Ier siècle après J.-C.) à l'agora. L'entrée principale se fait du côté est, vers l'agora, et le toit a été soutenu par un vestibule dorique intérieur le long de l'axe du bâtiment. Des statues des membres de la famille du César ont été érigées dans la partie nord. Des inscriptions dans le mur occidental témoignent de la restauration du portique en 149 par un certain Kleitosthenes.

Le petit temple dorique de Dionysos, avec une petite cella et un pronaos, est construit sur une terrasse artificielle au nord de l'agora. La façade et le toit étaient en marbre tandis que le reste du bâtiment a été construit en pierre locale. Il est daté du IIIe siècle av. J.-C. (période hellénistique).

Les sanctuaires (d'Apollon Karneios, d'Hermes et d'Heracles, de Ptolémée III, etc.) sont situés au bord S-E de la ville dans un quartier utilisé exclusivement à cet effet. Sur la place se tenaient les Gymnopaediae (danses des garçons nus) en l'honneur d'Apollon Karneios. De nombreuses inscriptions gravées sur la roche datent de la période archaïque à la période romaine.

Le sanctuaire d'Apollon Karneios (VIe siècle av. J.-C.) est partiellement taillé dans la roche et partiellement construit sur une terrasse artificielle. Il inclut le temple avec le pronaos et la cella, une cour carrée avec un réservoir souterrain dont le toit a été soutenu par six grands piliers monolithiques et un petit bâtiment, probablement un dépôt.

Le Gymnase des jeunes se trouve au bord sud de la ville et date du IIe siècle après J.-C. Une petite grotte, taillée partiellement dans la roche, a été consacrée à Hermès et à Héraclès.

Les cimetières de la Thera antique sont situés sur les pentes du Sellada, de chaque côté des routes ayant mené aux ports nord et sud de la ville antique, respectivement les villages modernes de Kamari et Perissa. Les tombes découvertes couvrent une longue période entre les périodes géométrique et romaine.

Le théâtre se trouve au S-E de l'agora et a été construit lors de la période des Ptolémées (IIIe siècle av. J.-C.). Sous sa forme originale, il possédait un orchestre circulaire mais il a été modifié au Ier siècle après J.-C.

 

Notons encore la Voie Sacrée menant au sanctuaire d'Apollon Karneios des maisons groupées en pâtés et datant de différentes époques, des thermes, la demeure de Ptolémée Evergète (maison Vassiliston), les logements de la garnison des Ptolémées, des vestiges paléochrétiens, l'hérôon de Théras, fondateur de la ville, des bains romains... Sur les rochers des alentours, on remarquera, gravés en ancien alphabet local les épithètes attribués au dieu Apollon, ainsi que des noms d'hommes et d'éphèbes.