Diagoras de Rhodes

 

Le boxeur Diagoras de Rhodes a incarné chaque qualité du noble athlète antique. Immortalisé dans un des odes les plus célèbres du poète Pindar, il était non seulement victorieux aux jeux olympiques (vainqueur de la soixante-dix-neuvième olympiade en 464 av. J.-C.), mais aussi dans les principaux événement de la vie athlétique grecque. L'ampleur et le nombre de ses victoires ont certainement contribué à sa renommée, mais son caractère vertueux était aussi important pour les Grecs antiques que son succès en tant que boxeur. Nous savons que Diagoras était issu d’une famille noble ayant régné sur Rhodes mais les habitants de Rhodes ont aussi déclaré que le boxeur était le fils du dieu Hermes. De telles légendes étaient utilisées afin d'expliquer comment un mortel pouvaient exécuter de tels exploits sportifs "surhumains". Dans son Ode, Pindar félicite le boxeur en tant que "juste-combattant" et homme "colossal". En plus de sa victoire olympique, Diagoras gagna également quatre jeux isthmien, deux fois à Nemea et d'autres jeux s'étant tenus à Rhodes, Athènes et ailleurs dans tout le monde grec. Nous n'avons aucun descriptif exact de sa carrière, mais il est clair que Diagoras aie été une légende à son époque.

Diagoras vécut ensuite les victoires olympiques de ses deux fils Damagetos et Akousilaos. À la quatre-vingt-troisième olympiade en 448 av. J.-C., Damagetos était second au pankration et Akousilaos était victorieux en boxe. Les fils ont alors porté leur père sur leurs épaules et la foule pleine d'adoration les versait de fleurs et félicitait Diagoras pour ses fils. Son autre fils Dorieus a gagné pas moins de trois titres olympiques successifs au pankration, huit fois aux jeux isthmien et sept à Nemea. Les filles de Diagoras étaient également des championnes olympiques en boxe. Olympie a couronné trois générations de la famille de Diagoras, ajoutant à la renommée du boxeur, et alimentant d'autres légendes sur l'ascendance immortelle de la famille de Diagoras.