Le Colosse de Rhodes

 

Vers 305-304 av. J.-C. les Rhodiens sortent vainqueurs d'une bataille avec le roi de Macédoine Démétrios Poliorcète. Heureux d'un tel dénouement, les Rhodiens reconnaissants couvrent leurs dieux d'offrandes et érigent (avec l'argent provenant de la vente des armes de Démétrios, abandonnées sur place) le fameux colosse. Charès de Lindos entreprit la construction (qui dura 12 ans) d'une statue de bronze représentant Hélios, dieu du Soleil. Mesurant près de 32 mètres de haut, elle devint l'une des Sept Merveilles du monde. Selon la tradition orale, le colosse s'élevait à l'entrée du port et les navires passaient entre ses jambes. Une autre version veut que le colosse n'était pas à l'entrée du port, un pied sur chaque digue, comme le représente un dessin de Rottiers. Une telle construction, haute de 35 m, nécessite en effet pour ses fondations un terrain beaucoup plus résistant. On ne connaît pas son emplacement exact, mais on suppose qu'il était dans les limites de l'actuelle vieille ville.

En 225 av. J.-C., un violent tremblement de terre l'abattit, le brisant aux genoux. Le Colosse, glorieux témoin des prouesses militaires rhodiennes, s'effondra. L'oracle de Delphes ayant signifié à la population de ne pas redresser la statue, elle demeura gisante et brisée autour de sa base pendant huit siècles.

En 653, les Arabes, sous le commandement de Mohabiah, pillèrent Rhodes et vendirent les débris de bronze à un marchand juif d'Ephèse. Selon les écrits de l'époque, il fallut près de 1000 chameaux pour transporter le bronze jusqu'aux navires marchands qui l'embarquèrent!