Stavronikita (Mont Athos)

 

Le monastère cénobitique de Stavronikita (fête à la Saint-Nicolas, le 6 décembre) est bâti au bord de la mer. Fondé au cours de la première moitié du XVIe siècle (1540 par le patriarche Jermiah) sur l'emplacement d'un petit établissement préexistant du XIe siècle, c’est l'un des plus petits monastères de la montagne sainte mais respectant cependant l'architecture traditionnelle avec le katholicon au milieu, le réfectoire au premier étage de l'aile méridionale, de nombreuses chapelles et un aqueduc destiné à fournir le monastère en eau. Au sud du katholicon se trouve la tour défensive et autour du monastère il y a plusieurs bâtiments auxiliaires et l'arsenal. Plusieurs restaurations eurent lieu au XVIIIe siècle et plus récemment. Ces dernières années, le monastère a été presque entièrement restauré par le service archéologique. La maintenance des bâtiments est assurée par les moines tout comme l'hospitalité aux pèlerins et aux disciples. Son katholikon (élevé aux XIe et XIIe siècle puis reconstruit au XVIe) dédié à saint Nicolas, le plus petit et le seul du Mont Athos à ne pas posséder d'absides latérales, est décoré de fresques du Crétois Théophane et de son fil Syméon (1546). Il abrite aussi un beau templon en bois sculpté de 1743. Le réfectoire garde des fresques également de l'école crétoise et les objets précieux conservés les plus marquants sont le célèbre tétraévangile de la bibliothèque (manuscrit du Xe siècle), l'icône en mosaïque de saint Nicolas Stridas ("à l'huître", XIIIe siècle), un des exemples les plus rares de cette sorte, le cycle des Douze-Fêtes (1546) et d'autres icônes de peintres crétois dans le katholikon. La bibliothèque du monastère abrite un grand nombre de riches manuscrits et de rouleaux liturgiques. Depuis quelques années, ce monastère est le centre d'un renouveau spirituel et intellectuel de l'Athos.