Chilandar (Mont Athos)

 

Le monastère idiorythmique de Chilandari est situé à 30 mn du rivage dans une vallée boisée. Son histoire commence au Xe siècle mais en 1192, après une période d’abandon, l'empereur Alexius III, l'a accordée aux gouverneurs serbes Stevan Nemanija et son fils Rastko, devenus respectivement les moines Symeon et Sava qui procédèrent à la construction de nouveaux bâtiments. Stevan y mourut en odeur de sainteté en 1200, auprès de son fils Rastko, fondateur et premier patriarche de l'Eglise orthodoxe serbe en 1219. Son arrière-petit-fils Stevan VI Milutin, roi de Serbie, reconstruisit Chilandari en 1299, puis se retira à Vatopaidi après son abdication. Le monastère devient au XIIe siècle le centre spirituel principal. C’est au XIVe siècle que le monastère a atteint son apogée, accumulant des richesses et des héritages impériaux ainsi que des donations privés. Le katholikon fut édifié et décoré de fresques dans les 20 premières années du XIVe siècle (pavement de marbre). En croix grecque inscrite, il ne reçut qu'au début du XVIe s. ses absides latérales. Notons la présence de nombreuses chapelles et la tombe d'argent de Syméon. La phiale (1784) se trouve au nord du katholikon, et le réfectoire, possèdant des fragments de peintures murales byzantines, est intégré à l'aile ouest des bâtiments. En plus de l'abondance de ses fresques, le monastère possède également une des plus grandes bibliothèques de manuscrits slaves et grecs. Parmi les objets précieux conservés, on note aussi la remarquable collection (accessible au public) d'icônes byzantines et un diptyque de bois portant des miniatures sur parchemin. La fête a lieu le jour de la Présentation de la Vierge, c’est à dire le 21 novembre. Les dépendances principales du monastère sont le Typikario (tour Agios Savvas) à Karyès et le keli de Molivoklissia, avec sa remarquable iconostase.

On observe, à mi-chemin en allant du port au monastère, la tour du prince serbe Miloutine (XIV siècle).