Agios Panteléimon (Mont Athos)

 

Le monastère cénobitique d’Agios Panteléimon (aussi connu sous le nom de Roussikon) est situé au bord de la mer, près du monastère de Xenophontos, du côté de Siggitikos. C'est en effet le monastère russe de l'Athos. Construit entre la mer et une colline boisée, c'est un ensemble imposant d'aspect très slave pouvant abriter jusqu'à 2 500 moines (le réfectoire peut recevoir un millier de convives). Au XIIIe siècle, le monastère est brûlé puis reconstruit avec l'aide financière de l'empereur Andronicus II Paleologus. Le monastère subit alternativement des périodes de prospérité et de grande misère. Les moines sont grecs et russes. Le monastère actuel a été édifié entre la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe. Il a l'aspect d'une petite cité avec ses hautes bâtisses composant son enceinte ou s'en distinguant, le katholikon bâti en pierre (1812-1821) et décoré de fresques typiques de l'art russe, le vaste réfectoire, le clocher avec son énorme cloche et les chapelles dans la cour. Au XVIIIe siècle, le monastère est entre les mains de Grecs mais reviendra de nouveau aux Russes en 1875. En 1968, un incendie en détruisit une grande partie, mais on pourra encore y voir une curiosité : une des plus grosses cloches du monde, pesant 13t et mesurant 8,70 m de diamètre. Les trésors du monastère comprennent de nombreuses icônes, surtout russes, et sa riche bibliothèque possède plus de 20.000 livres grecs et russes (1.320 manuscrits grecs) dont notamment deux manuscrits enluminés (évangile des XIe-XIIe siècle et les homélies de Grégoire de Naziance, du XIIe siècle). La fête a lieu le jour de la Saint-Panteléimon, le 27 juillet. Parmi les dépendances du monastère figurent le metochion de Chromitsa, le Skite de Bogoroditsa (le charpentier), le Nea Thebais ou Gournoskete et le Paleomonastirio (Vieux Monastère), à l'emplacement où se trouvait le monastère au XIe siècle, avant son installation sur le site actuel.