Le Pnyx (*)

 

Situé sur la colline à l'ouest de l'Acropole, le Pnyx (Pnika) (*) est l'ancienne place publique (VIe siècle av. J.-C.) où se tenaient les assemblées populaires. On y jouit d'une belle vue sur la ville et l'Acropole (***). Il se trouve tout près de l'avenue de l'Apôtre Paul (Léoforos Apostolou Pavlou). C'est sur cet immense terrain plat, aménagé en hémicycle et doté d'une tribune pour les orateurs du Ve s. et de la première moitié du IVe s. av. J.-C. (Aristide, Thémistocle, Périclès, Démosthène, etc.), que siégeait l'Assemblée du Peuple. Pour la majeure partie des visiteurs, cet ensemble n'offrira qu'un intérêt sentimental, encore que la beauté du site et sa position exceptionnelle, face à l'Acropole et à l'Agora, l'ait fait choisir comme lieu de spectacle pour le « son et lumière » dont la scène est constituée par l'Acropole.

 

Les fouilles ont témoigné l’existence de bâtiment de trois périodes principales. Lors de la première période, le versant naturel a été utilisé comme cavea du théâtre. La surface a été aplanie par l’extraction de pierres à chaux dure et un mur de soutènement droit a été construit du côté nord. Lors de la seconde période (fin Ve s.), un haut mur de soutènement semi-circulaire a été construit au nord, soutenant un plateau en pente vers le sud, c'est-à-dire dans la direction opposée par rapport à la première période. L'accès se faisait par deux escaliers. Le Pnyx de la troisième période (fin du IVe s.) suivait le même plan mais à plus grande échelle. Un nouveau grand mur de soutènement a été construit avec de grands blocs en pierre extraits du secteur. Un cube rocheux en saillie, au pied de la falaise, représente la tribune où montèrent les orateurs à partir du IVe s. Sur les parois de la falaise, une grande niche et d'autres plus petites appartiennent à un sanctuaire d'époque romaine, dédié à Zeus Hypsistos (Très Haut). Les monuments les plus importants du site sont :

Les deux grandes stoas encadrant le côté du sud de la spacieuse terrasse, n’étant pas mentionnées dans les sources antiques, il n’est pas certain qu'elle aient été achevées. Leur but était d'abriter les personnes en mauvaises conditions et elles appartiennent à la troisième période architecturale du Pnyx (330-326 av. J.-C.). À la fin du VIe siècle av. J.-C. le « diateichisma », un nouveau mur de fortification a été construit le long des stoas non achevées.

L'autel de Zeus Agoraios appartient également à la troisième période du Pnyx. Lors du règne d'Auguste, l'autel a été transféré à l'agora.

L’espace entre les deux stoas (19x13m) appartient aussi à la troisième période de construction. Selon les fouilles, c'était la base des propylées achevant le complexe architectural. Le lancement du troisième programme de construction est attribué à Lycourgos mais les années difficiles ayant suivi ont empêché le programme d'être terminé.

Le sanctuaire de Zeus Hypsistos est devenu notoire lors de fouilles en 1803 par la découverte de plaques inscrites. Le sol du vieux sanctuaire et d’autres traces dans la roche ont été préservés. La grande salle rectangulaire où se trouvait la statue de culte date probablement de la période romaine.

 

La vaste esplanade que vous atteindrez en montant derrière la tribune conserve quelques vénérables fondations ou entailles dans le rocher, notamment celles d'un autel que certains attribuent à Zeus Agoraios, et la base du cadran solaire érigé par l'astronome Méton en 433 ou 432 av. J.-C. (deuxième base à partir de la droite si l'on tourne le dos à la Pnyx). Sur la crête de la colline, enfin, on verra les fondations dans le rocher des deux portiques commencés au IVe s. et qui furent recouverts par des fortifications à la fin de ce même siècle.

 

Au pied du Pnyx (qui culmine à 110m) on peut voir les vestiges du sanctuaire du dieu Pan (IVème siècle av. J.C.) (-).