La colline de Philopappos ou des Muses (***)

 

La Colline de Philopappos ou des Muses (***) est couronnée à son sommet d'un monument funéraire érigé en l'honneur du Romain Gaius Julius Antiochos Philopappos, bienfaiteur d'Athènes (hauteur = 12m). Le monument de Philopappos fut érigé par les Athéniens entre 114 et 116 de notre ère en l'honneur d'un descendant de la dynastie des Séleucides, qui régna sur la Syrie avant d'être renversé par les Romains en 64 av. notre ère. Ce monument composite est en réalité un tombeau. La façade de la chambre funéraire, conservée en partie, présente un piédestal où figure en bas-relief Philopappos sur un char, habillé en consul. Au-dessus, on peut voir trois niches qui abritaient les statues du défunt, de son père et de son grand-père. On y jouit d'une vue merveilleuse (360°) sur la plaine attique (avec l'Acropole et l'Hymette) jusqu'au Golfe Saronikos.

Sur la colline nous trouvons également l’église d’Agios Dimitrios Loumbardaris (XVIe siècle, restaurée entre 1951 et 1957) décorée de fresques remarquables. Sur les pentes, entre la colline du Mouseion et celle de la Pnyx, vers la colline des Nymphes et l'Aréopage s'étendaient les quartiers urbanisés de Koilé et Mélité, enfermés au Ve s. av. J.-C. par l'enceinte de Thémistocle et les Longs Murs. Parmi les logis excavés dans le roc, on compte le prétendu tombeau de Cimon près de l'église Agios Dimitrios Lombardaris et, à 50m de là vers le monument de Philopappos, une maison rupestre qu'une tradition fantaisiste désigne sous le nom de « prison de Socrate ».

 

(c) www.grecomania.net